Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Notre passion, l'aéromodélisme et le grandeur principalement avec des avions de sport style racers GM, Meetings, techniques, astuces, reportages et des albums avec + 5742 photos. WELCOME...._______ Maj 2017_09_08.

2) Comment bien tarauder ? 2) Bien choisir sa colle !

1) Comment bien tarauder ?
             
Tarauder consiste à réaliser un trou fileté dans une pièce de métal pour venir y visser une vis à métaux, comme si on transformait la pièce de métal en écrou. Le taraudage est souvent lié au filetage qui consiste à fabriquer la vis parce que on achète souvent un coffret de taraudage et filetage.
Le taraudage s'effectue avec un taraud, sorte de foret que l'on fixe dans un support, le porte-taraud ou tourne-à-gauche, pour le visser dans le trou à tarauder. Pour tarauder l'acier, trois tarauds complémentaires sont nécessaires : un taraud ébaucheur, un taraud intermédiaire et un taraud finisseur.
Pour tarauder les métaux tendres, on se contente d'un jeu de deux tarauds : ébaucheur et finisseur. On peut tarauder tous les métaux et certains matériaux plastiques ayant une dureté suffisante (nylon, rilsan…).

 Les produits nécessaires :
- Huile de coupe
- Les outils nécessaires
- Etau
- Perceuse
- Foret à métaux
- Kit de tarauds avec tourne à gauche


Avant de commencer :
- Fixer la pièce à tarauder pour qu'elle ne bouge pas.
- Prévoir une position de travail permettant d'être dans l'axe du taraudage.

Dimensions : 
 Tarauds et filières existent en plusieurs dimensions correspondant aux pas de vis normalisés.
Ils se distinguent par le diamètre de filetage (en millimètres) et le pas de vis (en centièmes de millimètres).
Les dimensions les plus courantes sont : 3 x 50, 4 x 70, 5 x 80, 6 x 100, 8 x 125, 10 x 150 et 12 x 175.

Perçage :
Avant de tarauder, percer à un diamètre précis selon le taraudage à effectuer.
Le diamètre de perçage est égal au diamètre du taraud moins le pas en millimètres.
 
Exemples : pour un taraud 5 x 80, perçage de 5 - 0,8 = 4,2 ;
                pour un taraud de 8 x 125, perçage de 8 - 1,25 = 6,75.
Certains diamètres de forets n'existant pas couramment, choisir le diamètre juste au-dessous et jamais celui au-dessus !

                  ø de taraud345681012
                  ø de perçage2,53,24,256,58,510

1 - Percer le trou de taraudage avec un foret de diamètre correspondant à celui du taraudage. Déposer un peu d'huile de coupe pour faciliter le perçage.

2 - Serrer le taraud ébaucheur (le plus conique) dans le tourne-à-gauche.
 
3 - Poser le taraud sur le trou, bien dans l'axe. Commencer à visser lentement, en appuyant sur le tourne-à-gauche tout en le maintenant parfaitement perpendiculaire à l'axe du perçage.

4 - Visser le taraud sur une profondeur de 1 cm en déposant un peu d'huile de coupe. Dévisser de 3 ou 4 tours, revisser le taraud et, par étapes, tarauder jusqu'au bout.

5 - Dévisser le taraud, en le maintenant bien dans l'axe de taraudage, pour éliminer la limaille.

6 - Remplacer le taraud ébaucheur par le taraud intermédiaire, et procéder de la même façon. Veiller à le visser parfaitement dans le filetage commencé par le taraud ébaucheur.

7 - Terminer avec le taraud de finition et nettoyer le filetage au pétrole.

8 - Les deux pièces se vissent parfaitement.

Conseils :
- Choisir, de préférence, un kit de taraudage complet qui comprend le foret de perçage et les trois tarauds.
- Ne jamais forcer lors du taraudage. En cas de blocage, dévisser, éliminer la limaille, huiler et recommencer.
            
                 

Damier blog2

2) Bien choisir sa colle :


Il est parfois difficile de choisir une colle appropriée à un type de matériau. Notamment quand ce matériau est sensible à certains solvants, ou qu'il risque de travailler lors du séchage. Nous allons faire le tour des principales colles et autres résines utilisées en modèles réduits.


Colle ou résine :

on fait souvent l'amalgame entre les colles et les résines, et pourtant, il s'agit des deux choses bien différentes. il est vrai que les spécificité sont parfois floues, et que l'on à bien du mal à s’y retrouver.


La colle vinylique :

Autrement appelée colle blanche, c'est la colle type utilisée chez les menuisiers. On l'utilisera avec bonheur sur des assemblages bois-bois, ou bois-polystyrène en faible surface, pure ou légèrement diluée. De préférence, on choisira lors de l'achat une colle rapide, insensible à l'eau une fois sèche. c'est une colle à séchage 'air". Elle est un peu plus chère que la vinylique standard, mais elle résiste aussi beau coup mieux aux microclimats pseudo tropicaux des jours de meetings (vous savez, dix minutes de grand soleil, et une averse d'orage d'un quart d'heure), ou aux plongeons inopinés dans les flaques d'eau, au bord de la piste. En pratique, l'utilisation est simple, puisqu'il suffit d'enduire la surface à coller, et de la tenir serrée via un serre-joint, des épingles, ou de l'adhésif pour avoir un collage efficace en quelques heures. Utilisée en jointure, il faut diluer à l'eau, et enduire les collages au pinceau. Outre le fait de faire des joints de colle parfait et esthétique, la colle diluée rentre mieux dans le bois, et imprègne toutes les fibres, ce qui améliore grandement la qualité du collage. Les plus représentatives sont les Sader Rapide, Ponal express, et tant d'autres.


La colle polyuréthanne :

Plus souvent dénommée colle PU, elle trouve petit à petit une clientèle fidèle à la colle blanche. Le principe de cette colle est différent de la colle blanche, puisque il s'agit là d'une expansion due à l'humidité de l'air ambiant. Là encore, c'est une colle à séchage 'air", et il est même conseillé de mouiller légèrement les surfaces à coller pour une meilleure prise. Très pratique quand il y a des joints un peu larges à combler Certains utilisent la colle PU pour coffrer les ailes, et cela fonctionne parfaitement, et rapidement. Cependant, la colle PU standard est un peu trop épaisse pour être étalée facilement sur un coffrage, et on en mets vite trop lourd. On trouve chez certains artisans modélistes de la colle PU plus liquide, parfaitement adaptée à cette tâche.


Les colles cellulosique :

Longtemps utilisée par une grande majorité de modélistes, la colle cellulosique est un peu en perte de vitesse. C'est pourtant une excellente colle, qui à l'avantage se sécher vite, et de faire des collages très robuste. Je dois avouer que je l'ai utilisée pendant des années avant de passer sur des colles modernes. Pas du tout adapté au collage du polystyrène, qu'elle dissout en un tour de main, la cellulosique est par contre excellente sur les parties bois d'un avion, et aussi pour coller les charnières plastiques.

Contrairement à la colle blanche, la cellulosique devient très dure, et se ponce donc facilement, sans faire de peluche, pour peu qu'elle soit bien sèche. la plus célèbre est la UHU Hart, en tube bleu, spéciale balsa, mais on trouve pas mai d'équivalences dans beaucoup d'autres marques.


La colle Néoprène :

Plus souvent nommée colle contact, elle à ses adeptes. J'utilise parfois ce genre de colle, pour des applications vraiment spécifiques. Par exemple, pour coller des renforts internes de fuselage, des doublages de flancs, surtout quand je suis pressé. Le principe est simple, puisqu'il suffit d'enduire les faces des parties à encoller, de laisser sécher à l'air libre, et de positionner ensuite. pas de droit à l'erreur possible, car une fois en place, pas question de bouger quoi que ce soit. C'est à peu prés la seule application possible da,, le domaine modéliste. Mais il faut toujours en avoir un tube, on ne sait jamais.


La cyano :

Alors là, c'est la partie la plus délicate de ce chapitre consacré aux colles. Il faut en effet discerner un nombre de qualité de cyano assez impressionnant. Mais au fait, savez vous quelle était l'utilisation primaire de la cyano (ou du moins du principes ? non ? Et bien cela va certainement vous étonner, mais il s'agit d'une colle, développée par l'armée américaine pendant la guerre du Vietnam, pour 'réparer' les blessés intransportables à cause d'une plaie ouverte. En clair, on refermait provisoirement les plaies, et on pouvait transporter par hélico un soldat mal en point jusqu'à un hôpital militaire, ou on l'opérait ensuite. Ceci explique peut-être le formidable pouvoir de coller les doigts entre-eux alors que l'on désirait simplement coller deux bouts de bois. Revenons à nos tubes de colle. Pour les cyanoacrylates, il en existe deux types principaux, et une infinité de variantes. On trouve donc les liquides, qui sont des colles de jonction, et qui fonctionnent par capillarité, et des épaisses, qui sont des colles de contact, qui fonctionnent par couches. Je m'explique. Quand on veut coller deux surfaces ensemble, on a le choix. Soit on enduit une des surfaces et on la plaque ensuite à sa place, auquel cas on utilisera la colle épaisse, soit on met en place d'abord, et on fait couler la colle sur le joint; cas auquel on prendra la colle liquide. a souvent entendu dire que telle ou telle colle ne valait rien, et qu'elle collait mal. En y regardant de plus prêt (pas trop quand même!) C'est du à une mauvaise utilisation. Un exemple : Essayez de coller des renforts internes de flancs de fuselage à la cyano liquide, sur toute la surface. Je vous souhaite bien du plaisir Bon, plus sérieusement, la cyano est une colle merveilleuse, quand elle est bien utilisée. D'ailleurs, rare sont ceux qui ne l'utilisent pas et je suis devenu un inconditionnel de la cyano depuis bien longtemps pour toutes mes constructions. Dernière mise au point, la cyano ne fonctionne bien que si les ajustages de bois sont parfaits. Un millimètre de jeu sur une encoche de nervure ne pardonne pas, et il vaut mieux dans ce cas revenir à la colle blanche. Plus simplement, si vous découpez vos pièces à la serpe, oubliez la cyano pour l'instant, car votre avion risque de se démonter en l'air tout seul. Dans les collages possibles, on trouve toutes les applications bois-bois, bois-fibre, fibre-fibre, et éventuellement, selon les types, la possibilité de coller du métal. Par contre, impossible de coller du polystyrène à la cyano, sauf pour certaines, spécifiques, qui ne donnent malgré tout qu'un résultat moyen.


La colle époxy :

On s'approche à grands pas des résines époxy fluides, mais avec la particularité d'être notablement plus épaisse. En fait, les colles époxy sont des résines tyxothropées, c'est à dire qu'elle ne coule pas comme de l'eau, mais restent accrochées aux parois de collage. Ça, c'est plus vrai sur le papier qu'en réalité ou la colle à toujours tendance à se retrouver au fond du fuselage que sur la partie à coller. Les présentations varient, et des simples tubes qui collent de partout après une semaine de stockage, on arrive progressivement à des emballages plus propres, comme les seringues doubles, ou des flacons doseurs de grande quantité vraiment économique. On notera encore que les époxy existent en différentes qualité, notamment au niveau des temps de prises et de séchage. Il en existe maintenant qui prennent en 90 secondes, pas le temps de s'endormir Pourtant, les meilleures ne sont pas les colles rapides ?5 minutes), mais les )entes ou semi lentes, qui durcissent progressivement, en 12 ou 24 heures, et ont des résistances incroyables. Enfin, concernant les colles époxy, elles sont soumises à des conditions de températures pour durcir correctement, et si votre atelier affiche 51, il sera très difficile d'en utiliser La bonne température d'utilisation se situe entre 20 et 30 degrés.


La résine époxy :

Il ne s'agit plus vraiment de colle, mais d'élément de stratification, et il faut, pour devenir une colle lui adjoindre un élément liant. Pour le coffrage d'une aile, la résine sera utilisée telle quelle. Par contre, pour un collage de pièces, il vaut mieux lui donner de quoi avoir une tenue mécanique. Ainsi, on utilisera du tissu de verre comme support, ou un microballon, pour épaissir, tout comme le floc de coton. A noter qu'il existe une quantité incalculable de résines époxy, et qu'il est bien difficile de s'y retrouver. On trouve des fluides, des semi fluides, des épaisses, des comme-ci, des comme-ça etc ... pas évident du tout. La résine époxy entre dans la composition de pièces stratifiées en moule, comme des capots, les fuselages des planeurs et avions, grâce à ses excellentes qualités mécaniques. On trouve dans les magasins de bricolage, la résine époxy en pot de 1 kg, et elle convient bien à nos applications pourvu que la date ne soit pas passée depuis six mois ou un an. On en trouve aussi en petits flacons dans les magasins de modélisme, et elle aussi marche bien. Je parle de date. En effet, la résine vieillit, et si l'on utilise une résine trop vieille, ou qui à eu froid par exemple, on risque de ne jamais la voir durcir. Avouez que c'est un peu dommage de mettre à la poubelle des noyaux et les coffrages à cause de )a résine. Pensez à vérifier lors de l'achat.


La résine polyester :

Plus marginale, car moins utilisée dans le domaine courant, la résine polyester est surtout employée dans la réalisations de moules, de pièces en fibre de verre, ou de renfort de structure. Attention, ne jamais utiliser de résine polyester sur du polystyrène, il n'aimerait pas du tout.


Conclusion :

Au fil de vos constructions, vous allez vite découvrir que la colle est au moins aussi importante que le bois de construction. Il suffit de regarder le nombre de tubes et autres flacons entamés dans un atelier pour s'en convaincre. Et puis n'oubliez jamais que sans la colle, il ne peut pas y avoir d'avions. En tout cas, choisissez chaque colle en fonction de la résistance souhaitée, et du matériau support.

 

@+ Chris M.

 

                   
                 

À propos

Notre passion, l'aéromodélisme et le grandeur principalement avec des avions de sport style racers GM, Meetings, techniques, astuces, reportages et des albums avec + 5742 photos. WELCOME...._______ Maj 2017_09_08.